Petits dejeuners a l'hotel
C'est un hotel deux etoiles. Tres correct pour deux etoiles, juste une odeur d'humidite, normal puisque c'est la mousson en ce moment.

Yangci, village du dix-huitieme siecle

C'est un petit village protege des touristes auquel nous avons eu acces grace a Oncle Li, l'oncle de Lichai. Petites maisons en brique rouge, recouvertes de tuiles faites en terre cuite. Quelques volailles de ci de la, des maisons adjacentes toutes englobees dans une grande forme circulaire comme les villages situes dans les enceintes des chateaux forts au Moyen-age. Vu un palanquin a l'entree d'un temple. Seule Lichai a pu s'y asseoir, c'etait un palanquin destine a porter les futures epouses pendant la ceremonie du mariage. Photo incontournable. Vu aussi une petite ecole decoree de vieux parchemins calligraphies.



Xiao Guilin 小桂林. 

C'est un coin touristique des alentours de Fengkai qui n'est meme pas dans le Lonely Planet. Pour y aller, nous avons roule dans une vallee au milieu de superbes rizieres, bordee de petites montagnes.
Premiere grotte : une immense galerie remplie de cavernes decorees d'enluminures. Au debut tres surpris voire choques par les lumieres fluorescentes qui decoraient les stalactites et stalacmites, les allees bordees de vases regorgeant de perles et de bijoux - facon caverne d'Alibaba -, nous avons tous fini par etre seduits par ce lieu totalement anachronique. J'ai eu la sensation d'entrer dans un jeu de role. Lionel a ressenti une ambiance a la Pierre Loti. Contraste entre le lieu imposant par sa morphologie et les divers shows qui nous attendaient au milieu de chaque caverne. Show de danse orientale, show d'hommes lanceurs de feu sur un fond de musique tribale dans le sens moderne du terme, clin d'oeil a la scene tribale dans Matrix Revolution. A la sortie, montee d'un escalier au milieu de la jungle. Dans la globalite de la visite, tout cela avait un petit air d'Indiana Jones.

Visite d'une seconde grotte amenagee en musee, site prehistorique ayant des traces de vie humaine decouvert en 1961.



La tante de Lichai qui nous a accompagnes avait apporte le boulier chinois de son fils, je n'avais pas compris mais c'etait un cadeau. Je suis tres touchee. Toute la journee je l'ai garde avec moi. A la pause de midi, elle a commence a me faire faire quelques calculs. En fait, comme partout, les traditions se perdent en Chine et dans la population des moins de cinquante ans, seuls les gens cultives savent utiliser le boulier. Tout le monde est passe a la calculatrice, et comme a la Reunion, il commence a etre difficile de trouver des bouliers. J'en prends note, et n'hesiterai pas a acheter les bouliers originaux que je verrai pour enrichir ma collection et peut-etre aussi plus tard mon site perso sur le boulier.

Diner chez Oncle Li

Entree dans un immeuble vetuste bordant le canal. Six etages dans une cage d'escalier grise, usee et humide, alteree par les inondations regulieres. Finalement, nous entrons dans un appartement qui respire le fengshui. Pieces simples, epurees, de l'espace, un mobilier en bois aux lignes pures choisi avec beaucoup de gout.
Oncle Li et sa femme ont tenu a nous recevoir dans la tradition chinoise des bonnes familles : beaucoup de finesse, des mets delicats, the superieur servi dans un service a the delicat aux coupelles minuscules sur un plateau en bois laque muni d'un receptacle qui permet de receuillir le premier jet du the et le the ayant servi a laver les tasses.
Apres le diner, pendant que les hommes jouaient aux echecs chinois, Catherine a fait du Net sur un ordinateur fonctionnel - enfin un clavier qwerty operationnel qui n'avait pas la quasi totalite de ses touches effacees contrairement aux clavier des cyber bars - et la tante de Lichai m'a fait faire des multiplications sur boulier 4 x 3 ...


Comme chaque soir depuis notre arrivee, la soiree s'est terminee tard dans un des meilleurs salons de massage de la ville. Les pieds et le corps detendus, nous rentrons dormir.