Point technique

''Nous n'avons pas donne de nouvelles depuis deux jours. Pas faute de cyber cafe. Dans le premier cyber cafe ou nous sommes alles, le proxy du navigateur empechait d'envoyer quoique ce soit vers des sites europeens, et meme en lancant Firefox de ma cle USB, je n'ai pas reussi a contourner le probleme, donc il devait aussi y avoir barrage par firewall. Le cyber cafe essaye le lendemain semblait etre encore plus bloque au niveau des acces disque et du bureau mais ce n'etait qu'en apparence. Ma petite cle a ete reconnue et j'ai pu acceder au blog en ecriture avec Firefox de Framakey. Genial, quel soulagement. Au passage, une pub pour Framakey car sans le concept de logiciels libres portables, nous ne serions en train d'ecrire ni ce billet ni les suivants ; le blog etait off pour quelques jours, et peut-etre meme jusqu'au sejour final a Pekin !!! Voila pour le point technique du blog, jure que ce n'est pas simple. Entre les menus de Windows, tous ecrits en chinois, les securites locales imposees, cookies interdits par le navigateur local (acces aux options de IE interdits evidemment, firewall hyper blinde des qu'il s'agit de sortir de Chine). Bref, cela releve presque du miracle si ce blog continue a exister :-). Heureusement aussi qu'il y a The Gimp sur la cle, cela permet d'envisager de mettre quelques photos sur ce blog, des que nous serons mieux organises.''
Special Arnaud. Finalement, c'est possible, tu vois :-)


Retour au carnet de voyage. Deux heures de route de taxi dans une chaleur assommante pour arriver a Fengkai. Construite entre deux bras du lit d'un fleuve, Fengkai me fait penser a Beyrouth, d'apres certaines images vues quand j'etais petite. Petits immeubles en beton, routes en bitume defoncees bordees de caniveaux. Il pleut non stop depuis le lendemain de notre arrivee. Jacques m'avait prevenue, a cette periode de l'annee, on va chez les parents de Lichai en barque. Le fleuve montant de plusieurs metres par jour, ce sera peut-etre pour bientot. La maison des parents de Lichai est construite sur trois etages au bord du fleuve. Le rez de chaussee n'est pas habite, ils y ont entrepose leur barque. L'annee derniere, le fleuve est monte jusqu'au premier, ils ont du tous habiter au troisieme etage pendant quelques jours.
Les retrouvailles entre Lichai et son pere venu nous retrouver a l'hotel furent sans effusion, il n'y a pas d'effusion en public chez les chinois. Mais le moment etait fort malgre tout. Le pere de Lichai a immediatement pris Yangxiong dans ses bras en continuant a parler, on aurait dit qu'il l'avait porte toute sa vie... Recu comme des rois pour ce premier diner chez eux. Nous sentons vraiment que nous etions tres attendus, je me sens un peu genee par autant d'attention. Je pensais que nous serions a cote de Jacques et Lichai, dans la meme ville, pas avec eux. Je trouve la mere de Lichai tres belle, avec un visage serein. Le bonheur d'avoir Yangxiong se lit dans ses yeux. La grand mere de Lichai est une toute petite femme, toute tassee, toute maigre, a la peau tres ride. Une vie entiere de labeur est derriere elle. Elle sourit tout le temps, meme sans comprendre ce que nous disons, elle aussi rayonne de bonheur. L'oncle de Lichai est un notable de la ville, commisaire priseur. Je suis presentee comme collectionneuse de bouliers chinois, et sa femme dit a Lichai qu'elle va me montrer les techniques simples de calcul.

Ils promettent de nous emmener visiter les alentours de Fengkai le lendemain.